Cap Malheureux, l’église des « portes du paradis »

A la pointe Nord de l’île Maurice, le village de Cap Malheureux abrite l’une des plus célèbres églises de l’Océan Indien et un panorama grandiose.

Elle figure dans tous les guides de voyage, sur toutes les photos des touristes et sur une grande partie des cartes postales vendues à l’île Maurice. L’église bicolore de Cap Malheureux séduit par ses couleurs, autant que par son intégration dans un paysage éblouissant.

Baptisé , cet édifice religieux au toit rouge vif et aux murs blancs immaculés est devenu l’un des emblèmes de l’île. Postée en bordure du lagon, l’église illumine ce petit village de pêcheurs au nom pourtant peu attrayant. Son image se découpant sur le ciel bleu prête immédiatement au repos et à la rêverie. Il n’en faut d’ailleurs pas beaucoup plus pour imaginer que l’on vient de franchir les portes du Paradis.

Mais si les lieux offrent une quiétude sans égale en semaine, l’église vibre et s’anime le weekend venu. Chaque dimanche, la grand messe révèle un spectacle de dévotion débordante et bienveillante. Regroupés à l’intérieur, mais aussi à l’extérieur en raison de l’exiguïté des locaux, les fidèles arborant leurs plus belles robes et plus beaux costumes, chantent, dansent et battent des mains pour communier avec Dieu. La ferveur est encore plus forte les jours de mariages, à l’occasion desquels il n’est pas rare que les Mauriciens invitent les touristes à se joindre à eux.

En dépit de son architecture simple et lumineuse, l’église fut érigée en 1756, époque à laquelle l’austérité était de mise lors de la construction des édifices religieux. Cette « innovation » contribua à son succès, malgré la mauvaise réputation de cette partie de l’île. En effet, Cap Malheureux doit son nom aux nombreux navires ayant fait naufrage au large des côtes entre les XVIIe et XIXe siècles (à l’image du bateau mis en scène par Bernardin de Saint-Pierre dans « Paul et Virginie »), causant la mort de centaines de marins.

En 1810, le village fut aussi le point de débarquement des troupes britanniques, avant que la couronne d’Angleterre ne prenne définitivement possession de « l’Isle de France ». C’est d’ailleurs en quittant ces terres que les soldats français, vaincus, donnèrent à la pointe sa triste appellation.

De nos jours cette dramaturgie n’est plus de mise. L’église rayonne entre ciel, terre et mer, et s’est même offert une rénovation complète au cours de l’été 2013. Plus resplendissante que jamais, elle attire à nouveau chaque weekend les habitants de la commune voisine de Pereybere (à 6 kilomètres) et de tout le district de Rivière du Rempart.

Ce charme à la fois moderne et désuet fait la fierté des Mauriciens et la vie s’organise autour de l’église. Les pêcheurs y vendent ainsi leurs rougets et poissons perroquets fraîchement sortis de l’océan, les familles pique-niquent sur la plage publique ou le long de la promenade aménagée, tandis que les touristes profitent de l’extraordinaire point de vue panoramique sur l’île Plate, îlot Gabriel, et surtout le Coin de Mire (îlot protégé, riche d’un écosystème affichant quarante-huit espèces exotiques et vingt-quatre espèces endémiques dont certaines extrêmement rares).

Surtout, en ces lieux reposants et romantiques, le tourisme galopant sur l’île n’a pas fait trop de ravages. Les établissements hôteliers ne sont pas encore démesurés et ne phagocytent pas la baie et les paysages. L’église de « Notre Dame Auxiliatrice » semble ainsi de poser en gardienne du respect et de la tranquillité de la pointe Nord, comme elle le fit par le passé pour les âmes des marins disparus.

Stéphane Cugnier

Publicités

3 commentaires

  1. Un très beau texte pour une évocation bien fondée, sans démesure comme si on y était. C’est vrai qu’on aime cet endroit si riche en histoire du passé.
    J’y suis en ce moment. Salutations
    Georges

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s