Dublin, ses leprechauns et ses trésors contemporains

 

 

Les musées vous ennuient ? A Dublin, deux d’entre eux sortent pourtant des sentiers battus et offrent des visites ludiques et instructives.

Les centres d’intérêts ne manquent pas à Dublin. Depuis le Trinity College et son célèbre Book of Kells, jusqu’au National History Museum, en passant par la statue de Molly Malone, le Dublin Castle, la Christ Church Cathedral ou le Ha’ Penny Bridge, les visiteurs n’ont que l’embarras du choix pour saisir la richesse culturelle de la capitale irlandaise.

Ce ne sont pourtant pas derrière ces murs et sites prestigieux que se cachent les trésors de l’histoire contemporaine du pays. L’adresse incontournable en la matière se situe en effet derrière un immeuble géorgien du XVIIIe siècle face au superbe parc de St. Stephen’s Green, sur North Merrow Row.

Derrière un petit perron sans prétention se cache le « Little Museum of Dublin ». Créé en avril 2011 par deux camarades, Simon O’Connor, historien, et Trevor White, ancien journaliste et éditeur, ce petit musée s’est donné pour objectif de raconter l’histoire de la ville au cours du XXe siècle, à travers la présentation d’un nombre incalculable d’objets emblématiques ou chargés d’histoire.

« Lorsque ce projet de musée est né, nous n’avions que très peu de pièces à présenter aux visiteurs », explique son conservateur, Simon O’Connor. « La municipalité nous avait attribué un bâtiment prestigieux et bien placé, il fallait donc réunir au plus vite une collection de qualité. L’idée nous est donc venue de faire appel aux habitants de la ville. »

D’émissions de télé ou de radio en articles de journaux, l’équipe à l’origine du projet s’est ainsi adressée à la population afin de lui demander d’amener tout ce qui lui semblait pertinent. « La générosité des Dubliners a été extraordinaire. Nous avons regroupé des photos, des livres, des documents, des objets… C’était fantastique et cela dépassait nos espérances ! Nous avons même fait des découvertes inattendues »

Pêle-mêle, le musée obtient ainsi une lettre de l’écrivain Samuel Beckett et une photo de sa maison natale, un masque mortuaire de James Joyce, une toise représentant la taille de l’homme le plus grand d’Irlande, une affiche du premier concert de U2, une photo de la visite de la Reine Victoria, un exemplaire du seul et unique magazine de luxe pour hommes jamais créé en Irlande, des journaux évoquant l’indépendance de la République d’Irlande, des photos de Maureen O’Hara ou de Brendan Behan… En résumé, quelques instantanés de la culture de la ville, démontrant les évolutions humaines, architecturales et politiques de Dublin. « Ce qui ne constituait au départ que le projet fou de deux camarades passionnés, s’est finalement transformé en un bel exemple de fierté et d’identité irlandaise. Et si à l’origine nous ne pouvions bénéficier que d’une pièce de la maison que nous occupons, aujourd’hui nous avons investi toutes les pièces ! »

Preuve de l’engouement pour ce musée, les visiteurs affluent de toute l’Irlande, mais aussi des Etats Unis et d’Europe. Quant aux objets présentés, ils dépassent aujourd’hui le nombre de 5000 et les dons continuent d’augmenter. Sur le site internet du musée, une liste de pièces recherchées est d’ailleurs affichée, ainsi que le détail des conditions de conservation.

Le travail de Trevor White et Simon O’Connor est aujourd’hui unanimement reconnu, à tel point que le « Irish Times » a désigné le « Little Museum » comme la visite incontournable du pays, et que l’association des magazines de voyages européens l’a placé au sommet des musées les plus intéressants du continent !

Au pays des leprechauns

De l’autre côté de la ville, après avoir franchi la River Liffey, un autre musée propose une expérience originale. Sur Jervis Street, le « National Leprechaun Museum » s’appuie sur les légendes millénaires du pays pour mettre en scène ces petits personnages, réputés pour leurs mauvais tours et pour avoir la charge de fabriquer les chaussures des sorcières.

Ouvert en 2010, ce musée s’articule comme un conte et une expérience au sein du monde des leprechauns. Après un passage dans une galerie présentant les vêtements et objets ayant appartenu à certains de ces farfadets, et découvert les évocations de ces personnages dans les textes et la culture populaire, le visiteur emprunte un tunnel magique lui permettant de rétrécir, afin de se glisser dans la peau de ces individus. Dès lors, un passage dans les souterrains magiques et son mobilier géant, sur les traces du fameux arc-en-ciel et son « pot of gold » s’offre à chacun.

Toutefois, les secrets des leprechauns ne peuvent être dévoilés sous peine de représailles. Il n’est donc pas permis d’en cette chronique d’en faire l’article. Il appartiendra à chacun d’aller se faire sa propre opinion et de tenter de rencontrer des humanoïdes légendaires… Seuls éléments à savoir, les principaux sites mystiques d’Irlande y sont présentés, tels que le Giant’s Causeway.

Précisons que plusieurs visites sont possibles, certaines, un peu plus mouvementées et effrayantes, étant réservées aux adultes, notamment en période d’Halloween ou lors du Oark Irish Folklore.

Stéphane Cugnier

Plus de renseignements :

http://www.littlemuseum.ie/ et http://www.leprechaunmuseum.ie/

A noter que l’entrée du “Little Museum” est gratuite.

Bon à savoir pour se faire une idée précise des légendes irlandaises : Un leprechaun mesure un tiers de la taille d’un humain, lequel représente lui-même un tiers de la taille d’un géant !

Publicités

5 commentaires

  1. « Toutefois, les secrets des leprechauns ne peuvent être dévoilés sous peine de représailles. » haha comme dans le mauvais film d’horreur du même nom ? J’adore les figurines de leprechauns, pourtant je ne suis jamais allée dans ce musée car il semble plus touristique que pédagogique. Il ne figure d’ailleurs pas dans le top 20 des activités nationales payantes en 2012. Je pense que j’essaierai peut-être un jour par curiosité 🙂 Après c’est une question de goût et de temps surtout. Si je devais en choisir que deux à Dublin, ça serait : Dublinia (pour le fun et ses reconstitutions) et The National Gallery of Ireland (gratuit et intéressant) mais bien sûr beaucoup méritent le coup d’œil 🙂

    1. D’accord avec vous Chris… L’objet de cette chronique est toutefois de proposer des idées différentes ou en marge des sites majeurs et incontournables.
      J’avoue toutefois avoir un faible pour le Little Museum, un véritable bric à brac sympathique qui révèle l’âme de la ville.
      En tout cas, merci pour votre commentaire ! 🙂

      1. Oui, en effet, j’ai bien vu qu’il s’agit de « sortir des sentiers battus », ça change =) Ce ne sont pas forcément les attractions les plus visitées qui sont les plus passionnantes (exp : la Guinness Storehouse, l’attraction n° 1 de 2012…). Elles peuvent faire de l’ombre aux autres. Le Little museum est sur ma liste !! J’avoue que je n’avais pas fait tout de suite attention à son emplacement (peut-être parce que je suis arrivée en Janvier 2011…) et par manque de temps en 2012. Et l’Ecosse c’est pour quand sinon lol ? Il existe certains musées insolites à Edimbourg et Glasgow qui vous plairaient peut-être 😉 Bonne continuation.
        Pour info, je cite mes sources : http://www.failteireland.ie/FailteIreland/media/WebsiteStructure/Documents/3_Research_Insights/1_Sectoral_SurveysReports/Visitors_to_top_fee-charging_attractions_2012_v2-0.pdf?ext=.pdf

      2. L’Ecosse est sur ma liste bien sûr ! Et le Pays de Galles… Ainsi que le comté de Galway en Irlande. Mais aurais-je assez d’une seule vie pour tout faire ? 😉
        Et merci de vos bons conseils !

  2. Sur votre liste de 2014 j’espère ? Avec les jeux du Commonwealth, l’opération touristique Homecoming Scotland et le référendum (c’est pas gagné…) c’est l’année où jamais ! Je n’ai pas visité le Pays de Galles encore… La Au plaisir de vous lire là-dessus (notamment) 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s