La population française augmente aux Etats Unis

Le nombre d’inscrits au registre des Français établis aux Etats-Unis a progressé de manière sensible l’an passé, selon le rapport publié par le Ministère des affaires étrangères.

Au 31 décembre 2013, la population française officielle aux Etats-Unis s’élevait à 129 520 personnes, soit une augmentation de 3,5% depuis l’an dernier. La zone d’Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada) constitue la deuxième région d’expatriation pour les Français (après l’Union Européenne), accueillant 13% des inscrits au registre, dont 61% pour les Etats-Unis.

Le registre des Français établis hors de France comprend tous les ressortissants inscrits auprès des différents consulats (dix aux USA : Atlanta, Boston, Chicago, Houston, Nouvelle Orléans, Los Angeles, Miami, New York, San Francisco, Washington). Il s’agit d’une démarche volontaire et gratuite, valable 5 ans. Elle permet notamment aux ressortissants français d’être automatiquement inscrits sur les listes électorales. Il ne s’agit pas donc pas d’une véritable opération recensement, mais du nombre de français qui ont effectué une démarche d’inscription.

Les circonscriptions consulaires de la Nouvelle-Orléans (+17,4 %), de Houston (+10,2 %), Los Angeles (+8,3 %) et Chicago (+7,3 %) enregistrent les croissances les plus importantes. Atlanta, Boston, New-York et Washington se caractérisent pas des augmentations moins importantes, de l’ordre de 2 à 3 %.

Des chiffres qu’il convient toutefois de relativiser, comme le précisent les services du consulat de Los Angeles. « Nous renseignons ce registre – qui est un outil informatique – à chaque fois qu’un Français vient s’identifier de lui-même comme résident dans notre circonscription », explique Astrid Le Moine, du service communication. « La hausse enregistrée l’an passé s’explique par un travail régulier de mise à jour. Nous relançons en permanence nos ressortissants par courriels et par téléphone. Nous avons également effectué un important travail de sensibilisation aux avantages d’une inscription au Consulat (facilitation des démarches administratives et sécurité de la communauté en cas de catastrophe naturelle). »

Cette politique volontarisme a permis d’enregistrer 1413 personnes en plus dans ses fichiers l’an passé. « Mais le nombre de Français non-recensés est estimé entre 40 000 et 50 000 dans notre circonscription ».

Du côté de Houston, les mêmes efforts d’actualisation sont mis en avant pour expliquer l’augmentation, de même que le phénomène électoral. « En 2012 et 2013, se sont tenues des élections importantes », note Sujiro Seam, consul général de France à Houston. « Les électeurs français se sont sentis concernés et ont voulu venir se faire connaître auprès de nos services pour être enregistrés sur les listes électorales. ». Le consul souligne par ailleurs l’attractivité du territoire texan : « Cette croissance démographique s’explique par les conditions de vie et la bonne santé de l’économie. Les 3 moteurs de la reprise économique américaine tournent à plein régime au Texas : boom énergétique, consommation, innovation. L’Etat met en avant sa politique fiscale accommodante, marquée par l’absence d’impôt sur le revenu. Le logement, l’éducation, la santé, la culture, y sont de bon niveau et relativement abordables par rapport à d’autres régions du pays. » Et d’ajouter : « Les Français du Texas bénéficient d’excellentes conditions d’accueil, avec en particulier des écoles internationales permettant de suivre une scolarité en français à Houston, Dallas et Austin, des chambres de commerce franco-américaines dynamiques à Houston et Dallas-Fort Worth, une vie culturelle et artistique animée notamment par les alliances françaises de Houston, Dallas, Austin, San Antonio, El Paso, Tulsa et Oklahoma City et l’alliance pour les arts entre la France et le Texas (Texan French Alliance for the Arts) ».

A l’inverse, le nombre de Français inscrits à Miami s’est stabilisé, alors que la communauté établie à San Francisco diminuait de 1,2 %. « La baisse correspond à environ 200 personnes. 19 600 français sont ainsi inscrits, contre 19 800 l’an passé », indique Romain Serman, consul général de San Francisco : « Ces chiffres ne sont pas réellement ceux des Français qui y résident. Nous radions régulièrement de nos listes les Français qui sont inscrits depuis plus de 5 ans et qui ne l’ont pas renouvelée. Nos listes électorales en dépendent. Ce fut essentiel lors de la présidentielle et des législatives. Dans les faits, le fort dynamisme économique de la région attire un nombre toujours croissant de Français.»

D’après les estimations du consulat, 40 000 français non inscrits vivraient dans la Baie de San Francisco. « 2 français sur 3 que nous rencontrons ne sont pas recensés », explique encore Romain Serman. « En extrapolant, on obtient 60 000 français environ dont 40 000 non inscrits. »

A l’échelle du pays, cette tendance serait encore plus forte. Entre les étudiants, les personnes en situation irrégulière et ceux installés de longue date, la population tricolore de non inscrits dépasserait les 80%, soit près d’un million de personnes !

Parmi eux, Luc et Flavie Perthuis, originaires de Touraine. Installés depuis plus de deux ans à Kissimmee (Floride), ils n’ont pas pris soin de contacter le consulat de Miami. « Lorsque nous sommes venus aux Etats Unis, nous n’avions pas d’objectif de durée. Notre souhait était seulement d’apprendre à nos filles d’apprendre à parler anglais dès le plus jeune âge. Nous souhaitons nous immerger dans la culture américaine et sa vie économique. Nous ne cherchons donc pas à côtoyer des Français et surtout pas l’administration française ! »

Les USA fascinent les Français

A l’image de cette famille, les Français fantasment toujours sur les Etats Unis. Cette destination arrive en tête des souhaits pour une éventuelle expatriation, d’après un sondage Ipsos réalisé pour le compte de la Banque Transatlantique et rendu public le 3 avril 2014.

Un sondé sur cinq (21%) aimerait s’expatrier, « pour un temps plus ou moins long ». Cette proportion atteint même 43% chez les 18-24 ans et 33% des 25-34 ans. L’étude Ipsos montre par ailleurs que les diplômés du supérieur et les cadres sont les plus tentés.

Les motivations en sont diverses : trouver un travail (raison principale, citée par 60% des sondés), s’ouvrir à d’autres cultures, améliorer son niveau en langues étrangères…. En outre, 38% des sondés espèrent, en partant, obtenir un salaire plus important qu’en France.

Les raisons fiscales ne sont citées que par un quart des sondés. De même, cette envie d’expatriation n’est pas envisagée comme un exil sans retour. Moins d’une personne sur trois ne souhaite un départ définitif.

Si les USA constituent toujours une usine à rêves, d’autres destinations attirent également selon l’étude du Ministère des affaires étrangères. Ainsi, la population française établie à l’étranger s’est accrue en 2013 de près de 32 000 inscrits au registre. La Suisse restant, de loin, le pays favori des expatriés.

Au total, 1 642 953 personnes étaient inscrites au registre mondial des Français établis hors de France fin 2013, soit une hausse de 2 % par rapport à l’année précédente. En 2012, cette augmentation n’avait été que de 1,1 %.

Stéphane Cugnier

Article également publié dans l’édition du soir de « OUEST FRANCE » le 23 avril 2014

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s