Sur les traces des pionniers dans le Tennessee

A une trentaine de kilomètres au Nord de Knoxville (Tennessee), la petite ville de Norris (1500 habitants) présente l’un des plus beaux musées de la région. Développé depuis le début des années 60 par la volonté et la passion d’un seul homme, John Rice Irwin, le « Museum of Applachia » évoque la vie des pionniers à travers la reproduction d’un village fermier du début du XXe siècle.

Développé selon le principe d’un « musée vivant », le site s’applique à mettre en lumière les traditions, le savoir-faire, l’artisanat et le mode de vie des premières familles européennes – en quête d’une vie meilleure et de quelques lopins à cultiver – venues s’implanter sur les terres des Indiens Cherokee. Au coeur de cette nature foisonnante et parfois hostile, ces fermiers durent composer avec un climat hostile et adapter leur équipement aux conditions géographiques particulièrement rudes.

Cette histoire, riche humainement mais marquée par la simplicité et le dépouillement des pionniers, se retrouve aujourd’hui dans le musée, fréquemment animé par les descendants de ces premières familles, lesquels viennent y révéler les habitudes ou recettes de leurs aïeux. Depuis le filage de laine au rouet jusqu’à la préparation de thé à base de racines, le visiteur emprunte un chemin à travers le temps. L’utilisation des objets et outils du XVIIIe-XIXe siècle souligne leur robustesse et l’ingéniosité de leur concepteurs, ceux-ci ayant su les conserver et les entretenir au fil des années, jusqu’à leur arrivée dans les collections du  « Museum of Applachia ».

Toute sa vie durant, Irwin a parcouru sa région afin d’amasser la plus incroyable collection d’objets ayant appartenu aux pionniers Sud des Appalaches. Loin de se limiter au fait des les collectionner, Irwin s’est attaché à recenser l’histoire de chaque élément de son musée : son mode de fabrication, son utilisation, son année de création, ainsi que le nom des personnes qui les avaient possédé. Le fondateur des lieux s’est aussi intéressé à l’histoire intangible, en prenant soin de rencontrer les vieux habitants, parfois des montagnards vivant en ermite, pour consigner leurs souvenirs, leurs anecdotes et leur parcours.

Parmi les trésors dénichés, Irwin est ainsi parvenu à faire l’aquisition d’une petite étable provenant de la ferme tenue autrefois par les parents de l’écrivain Mark Twain (père du personnage Tom Sawyer).

Selon l’intéressé, ce travail de mémoire était une façon pour lui de rendre hommage à ses grands parents, adeptes d’ue vie simple et des leçons de choses, qui lui avaient tant appris durant son enfance.

Sur 250 hectares, une trentaine de bâtiments en bois – acquis, démontés et reconstruits par le fondateur du musée – (maisons, étables, boutiques, moulins voire même église rudimentaire et prison) retracent les rudes conditions de vie des fermiers et montagnards des alentours, mais aussi leur piété. Des milliers d’outils, objets de la vie quotidienne, méthodes artisanales ou recettes de cuisines complètent cette présentation.

Le site fonctionne également comme une ferme d’élevage et accueille régulièrement des groupes de musiques traditionnelles (country, bluegrass, americana, etc.).

Si John Irwin veille toujours à la bonne organisation du musée, lequel emploie une trentaine de personnes, ce sont toutefois ses enfants qui en assurent désormais la gestion et l’enrichissement grâce aux nombreuses pièces et documents qui rejoignent chaque année les trésors du  « Museum of Applachia ».

Des collections en forme d’inventaire à la Prévert, qui offrent un véritable aperçu du patrimoine culturel de l’Est du Tennessee, afin de mieux cerner la région et les mentalités actuelles.

En quittant les lieux, ne manquez surtout pas de vous procurer l’ouvrage rédigé par John Rice Irwin (simplement intitulé « The Museum of Applachia Story »), afin de prolonger l’expérience (96 pages, 6,95$) et de comprendre pourquoi ce travail de préservation a valu à ce musée d’initiative privée d’être affilié au prestigieux Smithsonian Institute.

Stéphane Cugnier

Plus de renseignements : www.museumofappalachia.org

Publicités

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s