Le coeur de l’Amérique bat dans l’Est du Tennessee

Pour comprendre et « ressentir » l’âme américaine et les origines de cette Nation, rien ne vaut une visite de l’Est du Tennessee, à la fois terre d’histoire et tournée vers l’avenir.

Memphis et Nashville ont beau être les villes emblématiques du Tennessee, cet Etat révèle sa vraie nature dans sa partie Est. A la fois discrète et spectaculaire, cette région illustre parfaitement les paroles des chansons de Johnny Cash, « A Bible and a gun » (une Bible et un fusil). Marquée par le labeur, les drames de la guerre de Sécession, la musique et la Foi, celle-ci affiche une histoire et des traditions riches et complexes – savamment préservées -, mais également un désir de modernité à travers son industrie des loisirs. Déjà présentées lors de chroniques précédentes, le parc d’attractions Dollywood à Sevierville, le parc naturel des Smoky Mountains, le musée de la country à Bristol, ou encore Chattanooga, ville la plus en vue de cette région, cèdent cette fois la vedette…

Knoxville : Lieu de l’exposition universelle de 1982, la cité en a conservé un quartier futuriste autour de sa Sunsphere. Marquée par la désindustrialisation, Knoxville s’est tournée vers la culture et le sport pour trouver un nouvel élan. Il suffit de s’arrêter à « Artist Alley », passage obscur magnifié par les peintres de rue, pour s’en convaincre. La musique y est aussi omniprésente dans les bars autour de Market Square, ainsi que dans les locaux du Visitors Center. Celui-ci accueille tous les midis une session publique de bluegrass, proposée par la radio locale WDVX. En quittant le centre pour s’approcher du fleuve, le Tennessee Theatre dévoile une architecture intérieure datant de 1928, d’inspiration hispano-mauresque. Un peu plus loin se dresse un ballon de basket géant abritant le Hall of Fame du basket féminin, ouvert en 2008. Le stade de l’Université de Tennessee, où s’entassent 100 000 spectateurs à chaque match de football américain, constitue la suite logique de ce tour de ville.

Pigeon Forge : En quittant Knoxville pour rejoindre les Smoky Mountains, terre des Indiens Cherokee, il convient de s’arrêter à Sevierville. Cité natale de la chanteuse country Dolly Parton, sa statue s’y dresse au pied de la mairie. L’intéressée possède aussi un parc d’attractions de 65 hectares, à Pigeon Forge, qui lui est dédié : « Dollywood ». Sorte de Las Vegas kitsch – sans les casinos, mais avec les salles de spectacles country en plus -, Pigeon Forge multiplie les décors de carton pâte sur son artère principale (château fort, paquebot, cirque, etc.), ainsi que les attractions. Moins surfait, le quartier historique de Old Mill, avec son moulin, sa distillerie et son excellent restaurant, rendent la ville plus authentique et séduisante.

Gatlinburg : Dans le prolongement de Pigeon Forge, Gatlinburg est une véritable station de montagne, à l’image de celles que l’on trouve dans les Alpes, mais l’esprit américain en plus (commerces, aires de loisirs, néons à tout-va). L’aquarium géant ou la Space Needle valent le coup d’oeil, mais le secteur commercial autour de la distillerie « Ole Smoky Moonshine Holler » ne doit pas être manqué. La ville possède aussi « l’Ober Gatlinburg aerial tramway », une télécabine permettant de relier le parc national et la seule station de ski de la région.

Bristol : C’est dans cette ville coupée en deux (une partie en Virginie et l’autre au Tennessee) qu’est apparue la country music en 1927, avec le premier enregistrement du genre. De cette session est né un musée, le « Birthplace of Country Music Museum ». Bristol est aussi renommée pour son festival musical au mois de septembre, baptisé «Rhythm & Roots Reunion», faisant la part belle à la country, au blues et au gospel. Dans un autre genre, la ville possède l’un des plus beaux sites de sports automobiles des USA. Le Bristol Motor Speedway est l’une des arènes du championnat NASCAR où 160.000 spectateurs viennent applaudir les pilotes. A l’écart de cet ovale, une autre piste, celle du Speedway, accueille les bolides chargés de parcourir un demi-mile le plus rapidement possible.

Jonesborough : Plus ancienne ville de la région, fondée en 1779, 17 ans avant que le Tennessee ne devienne un Etat. Capitale durant une brève période, avant de devenir l’une des places fortes de l’abolitionnisme durant la guerre de Sécession, Jonesborough attire les passionnés d’histoire. Son coeur historique, abrite plusieurs maisons, bâtiments, églises et commerces, datant du XVIIIe siècle et a été classé au patrimoine national en 1969. Chaque année au début du mois d’octobre, la ville accueille le « National Storytelling Festival », plus grand rendez-vous de conteurs (modernes, comiques ou historiques) au monde.

Stéphane Cugnier

Plus de renseignements :
http://www.tnvacation.com
http://www.equinoxiales.fr/liste-voyages-etats-unis-sud/autotours-et-itineraires/v/sur-les-routes-du-sud.html

Article également publié dans « PARIS NORMANDIE » le 18 février 2015

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s