Les tribus « indiennes » affichent la fierté de leur héritage

 

Longtemps mises sous l’éteignoir par les autorités américaines, les cultures des peuples indiens – ou Native American – sont en plein renouveau. A travers le continent, les différentes tribus célèbrent fièrement leur héritage.

Au début du XXe siècle, les populations originelles des Etats Unis, du Canada ou d’Amérique centrale semblaient sur le point de s’éteindre. La politique de harcèlement, d’appauvrissement volontaire, voire d’extermination, menée par les différents gouvernements dirigés par les descendants de colons, laissait peu de chances aux tribus de pouvoir atteindre le deuxième millénaire.

Cent ans plus tard cependant, les peuples indiens sont de retour. Les lois de réparation mises en place – souvent par sentiment de culpabilité – et la concession de terres, pourtant peu fertiles, ont permis aux tribus trouver un relatif apaisement et de se bâtir un nouvel avenir, notamment à travers les constructions de casinos (voir chronique «Les Indiens Chumash maîtres du jeu»).

« Rien n’est réglé », tempère Clare Lopez, membre de la communauté des Chumash. « Les massacres perpétrés sur nos ancêtres laissent toujours des traces. Et les spoliations sont réelles. Mais nous sommes sur la voie de la guérison. »

Auparavant interdites, les festivités culturelles et les manifestations de fierté de leur héritage sont devenues des moments essentiels pour le renouveau des peuples indiens. Si tout au long de l’année les 562 tribus reconnues à travers les Etats Unis organisent des cours de langues ancestrales, d’histoire ou de médecine chamanique, elles affichent leur identité et leur force lors de « pow wow » (regroupement) mis en place à tour de rôle par telle ou telle ethnie, principalement au début de l’automne.

En Californie, lors du premier week-end d’octobre, de tels rassemblements ont lieu un peu partout, de Sacramento à la frontière du Mexique, en passant par Santa Clarita ou la vallée de Santa Ynez où se trouve la réserve des Indiens Chumash.  « Ce pow wow inter-tribal est un moment de fête, mais aussi de tristesse puisque nous pensons aux souffrances endurées par nos ancêtres », explique Dominica Valencia, vice-président du comité Chumash Pow-Wow. « Mais nous en profitons pour montrer notre détermination et pour prouver que rien ne peut nous exterminer, ni détruire nos traditions. Nous en profitons pour présenter aussi les autres tribus, qu’elles viennent de Californie, du reste du pays, du Mexique ou du Canada. »

Danseurs, musiciens, cuisiniers, chamans, tailleurs, etc., la richesse des métiers et des spécialités est ainsi mise en avant. « Nous voulons offrir au public et aux jeunes membres des communautés indiennes, un enseignement et une expérience culturelle axée sur les arts, la musique et la vie des ‘Native American’. Nous souhaitons surtout inspirer notre jeunesse pour qu’elle poursuive notre action et notre convalescence. »

Auparavant opposées les unes aux autres, les tribus se serrent les coudes désormais, et se financement même parfois lorsque l’une ou l’autre connaît des difficultés. Les pow wow organisés constituent d’ailleurs une source de financement non-négligeable. Les danseurs et musiciens venant se produire peuvent se disputer des sommes affolantes, mises en jeu grâce à l’argent récolté dans les casinos gérés par les tribus. Chez les Chumash, les compétitions de danse, de costumes traditionnels et de batteurs de tambour proposent ainsi une enveloppe de 45 000 dollars ! (cliquer sur le lien pour voir les prix proposés).

Pas étonnant dans ces conditions que des Sioux, Comanche, Hopi, Ojibwe, Walla Walla, Cree, Lakota ou Pawnee, fassent la route jusqu’en Californie centrale, depuis le Minnesota, Dakota, Montana ou Oklahoma. Un déplacement qui ne s’effectue d’ailleurs pas en pure perte, puisque le pow wow des Chumash s’inscrit dans le cadre du « Southern California Pow Wow Trail », proposant une petite dizaine de rendez-vous de fin août à fin novembre.

« L’argent n’est toutefois pas la principale motivation », insiste Dominica Valencia. « Les gens viennent ici pour goûter la nourriture indienne, assister à nos danses, célébrer la vie, le ciel, les quatre directions et ce que le créateur du monde nous a donné. Il ne s’agit pas uniquement d’une compétition de danses tribales, mais davantage d’une cérémonie, d’une communion. »

Les pow wow proposent aussi des moments rares, à l’image de l’unique performance des danseurs Apaches. « D’habitude, ils ne se produisent pas en public. C’est vraiment une chance de pouvoir assister à leur danse. »

Si le grand public a pu apprécier le spectacle, les spectateurs d’origine indienne y ont trouvé, quant à eux, une véritable source d’inspiration. « Historiquement, les tribus se réunissaient pour célébrer le début de l’année, mais les pow wow se sont multipliés pour renouveler l’amour de notre culture et de nos traditions. De nombreux enfants ont perdu leurs repères et leur histoire. Nous voulons donc leur redonner les clés de leur passé, pour qu’ils comprennent qui ils sont, d’où ils viennent et ce qu’ils peuvent être. Etre Native American vous donne de la fierté et de la force. »

Un discours reçu cinq sur cinq par certains spectateurs, à l’image d’une jeune fille venue se présenter spontanément au micro des organisateurs. « Je viens ici pour la première fois, pour accompagner mon grand-père. Je me suis immédiatement sentie à mon aise. Vous êtes ma culture, vous êtes une part de moi. Il est parfois difficile d’être Indienne dans la société actuelle, car nous n’avons pas de repères. Mais j’ai compris aujourd’hui que nous avions beaucoup d’opportunités grâce à notre entraide. Nos ancêtres étaient ici avant même que le monde ne se construise. Et maintenant, grâce à mon héritage, je me sens chez moi sur cette terre. »

Stéphane Cugnier

Pour en savoir plus : http://www.santaynezchumash.org/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s