40 ans après sa mort, partez sur les traces d’Elvis

Le 16 août 1977, le « King » s’éteignait dans sa propriété de Graceland (Tennessee). Quarante ans plus tard, les fans du monde entier s’apprêtent à commémorer cette date. L’occasion de retracer le parcours de ce jeune homme issu d’une famille modeste.

Depuis sa disparition, à l’âge de 42 ans, la légende d’Elvis Presley n’a cessé de grandir. Sa demeure de Graceland, située aux portes de Memphis et ouverte au public depuis 1982, constitue le point de ralliement de ceux qui continuent de célébrer sa musique et son charisme.

L’histoire du chanteur de « Jailhouse Rock » a cependant débuté 170 kilomètres plus au Sud, à Tupelo (Mississippi). Dans une petite maison surnommée « Shotgun House », les Presley eurent la surprise de voir naître ce fils… inattendu. « Ma mère était la meilleure amie de Gladys et elle est venue l’aider à accoucher », raconte Guy Harris, meilleur ami d’enfance du King. « L’accouchement s’est mal passé et un fils mort-né, Jesse Garon, est arrivé. Ma mère trouvait cependant que le ventre de Gladys semblait bizarre. Elle a demandé au docteur vérifier et il s’est avéré qu’il y avait un deuxième bébé. C’était Elvis ! »

Le futur chanteur restera dans le Mississippi jusqu’à ses 13 ans, avant que son père, Vernon, ne décide d’aller chercher un meilleur emploi à Memphis. Un départ Tupelo n’a pas tenu rigueur à la star. Impossible aujourd’hui d’ignorer la trace des premières années d’Elvis. La ville a même créé un site entièrement dédié à l’enfant prodigue. Outre un musée comportant costumes, instruments ou premiers disques, le parc a conservé la modeste « Shotgun House » où le King poussa son premier cri. Un peu plus loin, l’église où il apprit à chanter, à jouer de la guitare et à faire face au public, a également été conservée.

En ville, la place de la mairie, qui accueille également la foire dont Elvis fit le lieu de se premiers concerts, a dressé une statue au chanteur. Dans le restaurant « Johnnie’s Drive In » l’image du jeune garçon qui venait tuer le temps entre burgers et bouteilles de RC Cola est aussi entretenue. Quant à la quincaillerie « Tupelo Hardware Store », toujours en activité, où Gladys acheta la première guitare de son fils, pour l’anniversaire de ses 11 ans, entretient le souvenir du King. « Elvis voulait un vélo, mais la famille n’avait pas assez d’argent », raconte l’une des employées. « Il a donc demandé un fusil. Sa mère était réticente et lui a dit qu’il ferait mieux de prendre une guitare. La suite, vous la connaissez ! »

Le pasteur de l’église lui donne alors des cours de guitare, mais bientôt la famille déménage pour le Tennessee. Un déchirement pour Elvis, qui connaît quelques difficultés à s’adapter à la vie d’une grande ville. Cinq ans plus tard, il devient pourtant la plus grande star de Memphis et des États-Unis, après une séance d’enregistrement au « Sun Studio », séance qui ne parvint pourtant pas à convaincre le propriétaire, Sam Phillips.

L’histoire de cet enregistrement peut être découverte lors des visites organisées par le studio, Johnny Cash, Roy Orbison ou Jerry Lee Lewis firent ensuite les beaux jours. Une foule d’anecdotes, toutes plus incroyables les uns que les autres, agrémentent cette plongée dans l’histoire musicale du King.

Autre lieu à ne pas manquer, le magasin de confection « Lansky Brothers ». Ami d’Elvis, Bernard Lansky, décédé en 2012, aimait à dire qu’il avait réalisé les costumes du King pour ses première et dernière apparitions télévisées. La marque habilla la star tout au long de sa carrière et continue de surfer sur cette relation. Une ligne de vêtements inspirée du chanteur a ainsi été lancée en 2001 et deux adresses à Memphis permettent de se vêtir comme Elvis.

Du côté du South Main Historic District, situé non loin du fleuve Mississippi, un passage par le « Arcade Diner » révèle aussi le restaurant préféré d’Elvis et sa table fétiche, où ses photos dédicacées et souvenirs s’amoncellent. Des magasins d’instruments aux musées en tous genres, Elvis est partout en ville.

Toutefois, le lieu incontournable est évidemment la propriété de Graceland. Acquise par le King en 1957, elle devint son repère et celle de sa famille. Tous les Presley sont d’ailleurs enterrés sur place. Elvis y décéda en 1977, mais les lieux conservent encore son empreinte. Une visite de la demeure constitue une expérience intime avec le chanteur, mais aussi une plongée dans l’extravagance, à l’image de sa salle de billard tapissée, de son salon « jungle room », de sa salle de squash, de sa piste de tir ou de ses quatorze télévisions (un luxe à l’époque).

Ouverte au public en 1982, la demeure attire 600 000 visiteurs par an, de même que les musées réunis en un parc à l’extérieur, où l’on découvre sa collection de 200 véhicules, ses costumes, ses disques d’or et de platine, photos, gadgets, affiches de films, mais aussi ses deux avions privés ! Une journée complète est nécessaire pour en faire le tour.

Ce circuit de Tupelo à Memphis, dans les pas de l’une des plus grandes stars de la musique, constitue le meilleur moyen de comprendre le King, de son extrême générosité jusqu’à ses excès personnels, tout en célébrant le quarantième anniversaire de sa disparition. Une expérience à vivre, si possible, avant le 16 août prochain, lorsque la foule d’admirateurs venus du monde entier déferlera dans les hôtels de Memphis.

Stéphane Cugnier

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s